Pocket Videogames will be back!



Quelques difficultés. Nous devons mettre le site en pause.
En attendant, retrouvez-nous dans le magazine Le Virus Informatique !

Twitter
Facebook
Google+
Diaspora*
(Mais ne vous inscrivez pas expres sur les reseaux sociaux, c'est mieux pour votre vie privee !)

Fil [RSS]


Comment nous avons perdu 232 euros chez CJ Affiliate (Conversant)


Pendant un temps, nous avons vendu notre âme au Diable et tenté de proposer des articles lisibles gratuitement sur le Web, financés par de la publicité. Parmi les régies que nous utilisions, il y avait Commision Junction, devenue CJ Affiliate, du groupe Conversant. La machine tournait toute seule, nous nous focalisions sur la qualité de nos articles sans nous connecter aux régies systématiquement et, de temps en temps lorsque nécessaire, nous relevions les compteurs. Avec CJ Affiliate, quasiment jamais, car il y avait un prétendu problème de TVA empêchant d'activer le paiement, mais le support ne réagissait au mieux qu'avec plusieurs mois de retard (question posée en novembre 2012, réponse reçue en mars 2013 ne réglant pas le problème).
Malheureusement, chez cette régie, si pendant six mois, aucune transaction n'est générée par les publicités affichées, le compte est désactivé et des frais de 10 dollars sont confisqués chaque mois, jusqu'à ce que le crédit soit nul. C'est ainsi que nous sommes passés de 232 euros à zéro. Bref, nous avons travaillé et passé du temps à mettre des publicités en ligne de Thomas Cook, Meetic et autres (qui ont gêné le confort de nos lecteurs) pour... rien !
Puis, pendant les mois qui ont suivi notre désactivation, CJ Affiliate a continué de gagner de l'argent peut-être avec les publicités résiduelles que nous avons continué de relayer, mais nous non. Certes, c'est contractuel, mais de toutes les régies que nous connaissons (Google Adsense, Zanox, Tradedoubler, Effiliation...), CJ Affiliate est la seule à agir de la sorte. Contrairement à ce qui est stipulé dans le contrat, nous n'avons reçu aucun courriel d'alerte que le compte allait être désactivé, ni aucun message dans l'interface du site ; un courriel aurait été envoyé, assure la société avant d'ajouter : « étant donné le nombre très important d'éditeurs sur la plateforme CJ Affiliate, il nous est impossible de nous rapprocher directement de l'ensemble de nos partenaires pour lesquels le compte comporte un risque de fermeture ». Certes, mais si CJ Affiliate était plus soucieuse de ses partenaires, elle leur enverrait des alertes mensuelles automatiques avant chacune de ses confiscations de 10 dollars, au lieu d'envoyer des courriels promotionnels comme si de rien n'était. À croire que le business de la spoliation est plus rentable.
Pendant que 232 euros nous ont été retirés, en 2013 et 2014 (derniers chiffres connus) et rien qu'en France, Conversant a réalisé un bénéfice net de 258.300 euros, puis un autre de 313.000 euros.